Deux livres à lire par le Père Daniel Moulinet

Cet ouvrage voudrait être un instrument d’étude, pour une meilleure connaissance du concile Vatican II. Les seize textes conciliaires ne sont pas seulement analysés et commentés, mais présentés dans une histoire longue. Leur élaboration ne commence pas, comme on pourrait le penser, seulement à l’acte de convocation du concile, mais elle s’inscrit dans l’histoire de la théologie elle-même, le terreau où les documents vont pouvoir s’enraciner.De même, il est important de rappeler quels ont été leurs premiers fruits, dans les années qui ont suivi la clôture du concile, des années qui ont représenté à la fois une mise en application des textes mais qui ont comporté aussi divers développements. Son originalité est de présenter, pour chaque texte conciliaire, l’arrière-plan du texte dans l’histoire de la théologie et de la pastorale, un historique de la rédaction du texte, un commentaire de celui-ci, et une large évocation des prolongements que ce texte a connus dans les décennies suivant le concile.Il est le fruit d’un cours professé à la Faculté de théologie de Lyon, s’adresse aux séminaristes, prêtres, religieux, laïcs engagés dans des études ou souhaitant tout simplement connaître davantage le concile Vatican II. Il voudrait les aider à renouveler leur regard sur lui pour qu’il continue à porter du fruit pour la vie de l’Eglise et du monde.
Les syndicats ouvriers, paysans, étudiants, la CFDT, le PSU, les associations pour les migrants… rien de tout cela n’aurait existé sans le fantastique engagement social des catholiques à partir de la révolution industrielle. C’est cette histoire que revivifie ce livre passionnant et militant. Une histoire de pleine actualité. La Doctrine sociale de l’Eglise, ce n’est pas seulement un discours, c’est une doctrine incarnée dans les réalités de terrain, une pratique par laquelle la charité devient action sociale.C’est parmi les premiers que les catholiques s’insurgent et prennent conscience des conséquences humaines de la révolution industrielle qui bouleversa le XIXe siècle. Fondation d’oeuvres au service des plus jeunes, des plus humbles et des plus vulnérables : l’apport des catholiques européens est immense. Des laïcs s’engagent dans la bataille de la législation sociale, alors que le travail ne fait l’objet d’aucune réglementation et qu’aucune loi ne protège les travailleurs, et d’abord les ouvriers.Rerum novarum, la grande encyclique de Léon XIII, est le premier résultat de l’œuvre salutaire de ces bienfaiteurs, dont elle salue aussi l’engagement. Ce texte fera date et les papes ultérieurs auront le souci de l’actualiser en l’adaptant aux évolutions de la société. Une étude claire et aboutie, à large spectre, menée par un spécialiste de l’engagement des catholiques dans l’action caritative et sociale, et qui étend son champ au-delà des seules réalités françaises en venant embrasser l’ensemble de la situation européenne.Une redécouverte de l’histoire et du sens de l’action sociale.